Présentation

Havre de paix au cœur de la forêt d'Orléans

L'Arboretum des Grandes Bruyères réunit sur 14 Ha, près de 7000 arbres et arbustes venus de tous les climats tempérés du globe. Il se distingue par l'addition complexe de trois objectifs principaux :

  • la culture d'une riche collection de ligneux, dont certaines espèces rares voire disparues à l'état sauvage
  • la création d'un parc paysager harmonieux, afin de proposer une promenade agréable à tous les visiteurs
  • l'entretien de l'ensemble sans aucun produit chimique de synthèse.
Bienvenue aux Grandes Bruyères

Huit jardins, deux arboretums en un seul parc, ainsi pourrait-on définir l'Arboretum des Grandes Bruyères, dont la première plantation remonte à 1973.

Toute création de jardin entourant une maison se doit de relier les éléments de l’architecture à la nature environnante. La situation de celui-ci en forêt d’Orléans a inspiré les arboretums et les jardins de sous-bois pour respecter l’environnement forestier. Le jardin géométrique se trouve plus près de la maison. Le passage de l’un à l’autre se fait tout naturellement par les jardins libres de pelouses et de plates-bandes que le paysagiste Loup de Viane qualifiait « d’archipel dans la forêt ».


La même recherche d’harmonie a guidé le choix, l’emplacement et l’arrangement des arbustes fleuris. Ainsi, les ambiances asiatiques de l'Arboretum regroupant les espèces de ce continent précèdent naturellement celles des grands espaces américains avec ses propres arbres et arbustes.

Les quelques 500 espèces et variétés de bruyères tapissent le sous-bois en rose et rubis, mauve, blanc ou saumon, ornent aussi les plates-bandes sur les pelouses ou les bordures, tandis que les rosiers suivent tantôt l’ordonnance stricte du jardin géométrique, tantôt enroulent leurs guirlandes fleuries autour des arbres.

Un site souvent distingué

  • Le Guide du Patrimoine Botanique en France, publié en 2006, le cite comme l’un des cinq Conservatoires Botaniques Majeurs de la Région Centre.
  • L'APBF (Association des Parcs Botaniques de France) a créé un "agrément d'intérêt botanique" et l'a remis à l'Arboretum des Grandes Bruyères, parmi 7 autres sites en France.
  • Le Ministère de la Culture et de la Communication lui confère le label "Jardin Remarquable" depuis 2004 (année de création de ce label). Cette reconnaissance de qualité est renouvelée tous les 5 ans.
  • Le Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées (CCVS) reconnaît sept collections au niveau national. Cette distinction est renouvelée régulièrement par leurs experts : Magnolias (400 pieds), Cornouillers américains et chinois (500), Chênes (250) et quatre genres de conifères.
  • L'Arboretum des Grandes Bruyères est l'un des sites fondateurs de la démarche « au fil de La Rose » : près de 800 roses anciennes y sont présentées, dont le seul critère de sélection est leur parfum.
  • La collection unique d’Ericacées donne enfin à l’Arboretum son nom de « Grandes Bruyères ».

Le parc fait régulièrement l’objet d’articles et de reportages dans la presse française et étrangère, générale et spécialisée.
Vidéo "Visite de l'Arboretum des Grandes Bruyères" par Rustica

Il reçoit la visite d’amateurs et de spécialistes du monde entier. Des groupes viennent spécialement de l’étranger : la Société Internationale de Dendrologie d’Angleterre, le Smithonian Museum de Washington, la revue Architectural Digest de San Francisco, la Société Belge de Dendrologie, etc…

Arboretum des Grandes Bruyères

Un joyau au cœur de la forêt d'Orléans

L’Arboretum des Grandes Bruyères est situé au cœur de la forêt d’Orléans, en bordure de la clairière d’Ingrannes, à 25 km à l’est d’Orléans et à 110 km au sud de Paris. Le massif d’Ingrannes couvre 20 000 ha sur les 45 000 ha de l’ensemble de la forêt domaniale. Le parc-botanique de 14 hectares se situe au sein des 24 hectares d'une Réserve Naturelle Volontaire. L’introduction des espèces végétales est conduite avec prudence et discernement.

Un Arboretum aux rôles scientifiques indéniables

Le premier rôle scientifique d'un arboretum est celui de préservation d'espèces rares, souvent exotiques et parfois éteintes de leur aire d'origine. Aux Grandes Bruyères, elles sont cultivées, soignées et multipliées. Les graines sont échangées avec d'autres arboretums et parcs botaniques afin que plusieurs individus d'une même espèce croissent en différents endroits. C'est ainsi que la pérennité d'une espèce est assurée, que sa richesse génétique est préservée.

Le deuxième intérêt scientifique de ce site particulier réside dans l'absence totale de produit chimique de synthèse pour son entretien. C'est donc un lieu d'expérimentation de la sylviculture biologique. Cette volonté forte de préserver l'environnement forestier et la biodiversité naturelle du lieu porte ses fruits. L'Arboretum des Grandes Bruyères présente une richesse entomologique et ornithologique de premier ordre. L'inventaire des insectes réalisé en 2015 par le Laboratoire d'Eco-Entomologie d'Orléans, a ainsi permis de révéler la présence d'espèces patrimoniales (41 sur 520 espèces identifiées) dont certaines encore jamais observées dans le département. Il en est de même pour les oiseaux : le Balbuzard pêcheur et le Hibou Moyen Duc nichent au sein de l'Arboretum. Le Martin-Pêcheur fend régulièrement l'air au dessus des étangs du parc. Les ornithologues sillonnent régulièrement ses allées engazonnées pour les admirer et compléter l'inventaire ad-hoc.

L'Arboretum est un lieu d'observations scientifiques, les scientifiques qui l'arpentent régulièrement constatent l'arrivée de certains insectes, oiseaux ou ravageurs, de végétaux potentiellement envahissants, de parasites de toutes sortes. Le cas échéant, ils diffusent l'information dans les réseaux intéressés. L'Arboretum joue donc également le rôle d'avertisseur.

Le Comité Scientifique de l'Arboretum des Grandes Bruyères assure la réalisation de ces missions spécifiques. Il cherche à toujours développer ses rapports et échanges avec les arboretums et parcs botaniques du monde entier, sans oublier les arboretums du Loiret (Les Barres à Nogent sur Vernisson et Les Prés-des-Culands à Meung sur Loire).

Comité Scientifique de l'Arboretum des Grandes Bruyères :

  • Raymond Durand, botaniste et mycologue, président du Comité
  • Thierry Lamant, dendrologue
  • Jean-Pierre Demoly, botaniste et président du Comité Scientifique de l'APBF (Association des Parcs Botaniques de France)
  • Nicolas Perrette, responsable des collections de l'Arboretum National des Barres
Magnolia
by Jean-François GROSSIN

Fondements de l'Arboretum des Grandes Bruyères

Son histoire est longue de plus d'un demi-siècle :
1969 : le site de 24 hectares de forêt à l’abandon est acquis par les fondateurs, Brigitte et Bernard de La Rochefoucauld
1972 : les travaux du futur Arboretum des Grandes Bruyères débutent par un long travail de défrichement manuel pour respecter la nature.
1979 : le site est classé Réserve Naturelle Volontaire par décret le 11 octobre. C'est la première réserve de ce type en France. Les Grandes Bruyères sont ainsi reconnues comme conservatoire écologique et ornithologique.
1984 : il en est fait don par ses fondateurs à la Fondation des Parcs de France, alors sous l’égide de la Fondation de France, afin d’en assurer sa pérennité.
1991 : le parc-arboretum ouvre au public. Ses collections s'enrichissent et ses paysages s'embellissent annuellement.
2015 : signature d'un partenariat pérenne avec le Château de Chamerolles, distant de 12km.

Les missions et politiques

qui régissent l'action des gestionnaires de l’arboretum des Grandes Bruyères depuis toujours sont :

  • rassembler des collections de plantes ligneuses supposées rustiques en forêt d'Orléans et favoriser leur étude
  • contribuer à l'amélioration des connaissances du public sur les végétaux ligneux et leur écologie, et à sa sensibilisation à la biodiversité et à la préservation du patrimoine botanique
  • offrir un bon exemple de composition inspirée du naturel alliant qualité esthétique et intérêt scientifique
  • mettre à disposition du public les inventaires de l'arboretum
  • former des apprentis et stagiaires
  • éviter autant que possible l'usage de produits chimiques de synthèse
  • consulter des scientifiques en tant que de besoin

Arboretums de France est propriétaire des Grandes Bruyères

Aujourd'hui, l’Arboretum est la propriété du Fonds de Dotation Arboretums de France. Celui-ci porte le projet et assure la pérennité du site. Créé en janvier 2010, il a pour objet la sauvegarde des sites naturels et créés, leur ouverture au public, l’éducation et la formation, la préservation et la multiplication des espèces botaniques en voie de disparition.